masquer le menu

Adieu le Rio, à bientôt les WSOP

- 25 novembre 2021 - Par Veunstyle72

The job is done, baby!
Les World Series of Poker 2021 sont officiellement terminées
Le rideau sur le Rio, lui, est définitivement tiré

Fin des WSOP
Ce dernier marathon aura duré plus d’un mois et demi pour les plus endurants, s’étalant sur 88 tournois au total, récompensant des milliers de joueurs de centaines de millions de dollars (cela fait beaucoup de chiffres) : il est désormais l’heure de rentrer à la maison et de se reposer un peu. Cette 52e édition des World Series of Poker aura été disputée dans un esprit très particulier, on le savait d'avance. Très Covid et forcément pas aussi international que par le passé. Mais nous avons tout de même pu jouir de notre jeu préféré pendant quelques semaines à Las Vegas, et pour la dernière fois dans les murs de ce mythique casino du Rio. Le jeu en valait la chandelle.

Bientôt, tous les souvenirs créés ici ne seront plus que ça : des souvenirs. Que va t-il advenir de la désormais ex-maison des WSOP ? Des rumeurs disent que le Rio et son Centre de Convention disparaîtront pour laisser la place à une franchise NBA, des tours d'appartements ou un tout nouveau casino. D'autres l'assurent : ses deux tours colorées de rouge et de bleu resteront debout. Dans tous les cas, les World Series vont quitter ses murs, après seize ans d'une histoire d'amour tumultueuse mais tellement riche en histoires.

Car si les WSOP peuvent s'en aller du Rio, les souvenirs ne s'en iront pas de nos mémoires. Et il y en a beaucoup... Heureusement, Internet est là pour nous permettre de ne jamais oublier. Depuis le premier coverage de Benjo pour Winamax, en passant par les vidéos de Tapis Volant, celles d'Harper, tant et tant d'épisodes légendaires de Dans la Tête d'un Pro... Allez vous perdre sur tous les liens, ici dans la colonne à droite de ces lignes : nostalgie garantie.

amazon room
Dans cette arène qu'était le Rio, des légendes ont gravé leur nom dans l'histoire, des carrières sont nées, des hero calls de mutant ont été inventés, des vies ont changé à tout jamais, des qualifiés Winamax ont bien grandi, beaucoup d'alcool a coulé sur le toit du Voodoo, les billets ont volé, des larmes ont coulé, de la joie, de la peine, des instants de vie qui resteront gravés à tout jamais. Comment ne pas partir avec un peu de mélancolie et les yeux embués au moment de boucler la valise ?

Il nous sera absolument impossible de revenir sur toutes les incroyables aventures vécues ici depuis le milieu des années 2000, à moins d'avoir envie d'écrire un romain très épais. On se contentera donc de revenir ci-dessous sur l'histoire la plus récente des WSOP : heureusement pour nous, elle est d'une richesse à peine croyable, tant cette dernière danse au Rio nous a offert un condensé d'histoires déjà gravées dans la légende du poker. Et ensuite, il sera temps de se tourner vers l'avenir. Un avenir au pied d'une fausse Tour Eiffel, que l'on espère tout aussi radieux et (par pitié) avec une climatisation mieux réglée.

wsop2022
Un nouveau casino (même deux, le Paris et le Bally's), des murs sans histoires, un futur à écrire, les WSOP 2022 auront évidemment un goût totalement différent, un goût de renouveau complet. Et même s'il est déjà l'heure de partir d'ici, le cœur chargé d'émotion, personne ne cachait son excitation à l'idée d'aller s'installer désormais très vite sur le Strip de Las Vegas. Rendez-vous est pris dans six mois. Oui, déjà ! Vous serez avec nous ? - Veunstyle

2021, un millésime d'exception

wsop2021
Quelle dernière cuvée ! Pour la dernière dans le domaine du Rio, ce Vegas 2021 restera parmi les plus beaux que nous ayons eu la chance de vivre. Pour le poker français comme pour le Team Winamax, cette édition fut une formidable bacchanale. Petit flashback pour revenir sur les moments champagne du festival.

LeVietF0u tire le premier

Pierre
En ouverture de banquet, c’est Pierre Calamusa qui allume le premier pétard. Au lendemain d’un High Roller à 25 000 $ un peu court, LeVietF0u recharge la bankroll sur un… 1 000 $ Super Bounty Turbo. Le Team Pro réalise un tournoi magnifique, mais passe à un cheveu du bracelet, s’inclinant face à Michael Perrone lors du heads-up final. 94 briques pour cette première TF : la campagne 2021 du Team est bien lancée.

Quelques jours plus tard, le frisson viendra d’un Français qui nous était jusqu'alors inconnu. Jeremy Malod perce un field de 1 450 joueurs sur le 1 500 $ 6-max, mais se fait renverser dans l’ultime duel par Bradley Jansen. Première perf à six chiffres pour le clan tricolore (193 711 $) et deuxième médaille d’argent. Le moteur commence à chauffer.

Hellmuth continue d’écrire sa légende

phil hellmuth
Pendant la deuxième semaine, les Français et les Team Pros se font plus discrets. Quelques grands noms du poker mondial attirent la lumière et commencent à compléter leur collection de bracelets. Anthony Zinno claque le doublé sur le Seven Stud Championship puis le 1 500 $ H.O.R.S.E, Jason Koon chope son premier titre WSOP sur le prestigieux 25 000 $ Heads-up, Chance Kornuth prend son troisième bracelet sur le Short Deck à 10 000 $ et Michael Addamo continue d’atomiser les hauts plateaux du jeu, en enlevant le High Roller à 50 000 $ des mains de Justin Bonomo.

Mais parmi les légendes du poker qui se sont signalées sur cette édition 2021, comment ne pas parler de Phil Hellmuth ? Le vieux crocodile a encore croqué les fields et gouté aux saveurs d’un bracelet WSOP : 7 tables finales (record sur une édition), trois heads-up et un titre, le seizième de sa carrière, sur le 1 500 $ Deuce To Seven. Fidèle à lui même, Hellmuth continue de pulvériser les records, et d’animer les plateaux télévisés par ses réactions épidermiques, parfois à la limite du fair-play, comme lors de ces finales perdues face à Anthony Zinno et Jeremy Ausmus.

Josh Arieh
Le Poker Brat n’en reste pas moins un champion hors norme, un livetard comme on en fait plus, qui fait rêver les passionnés de ce jeu, dont il est tombé amoureux il y a plus de trente ans. L’idylle continue toujours. Avec ses stats exceptionelles, on pouvait penser que Phil se consolerait de ses deuxièmes places avec le titre "WSOP Player of the year", qui manque toujours à son palmarès. Eh bien non. La légende du poker américain est devancée par Josh Arieh, auteur lui aussi d'un festival hors norme. Un premier titre au bout de trois semaines sur le 1 500 $ PLO, pour 204 766 $, une table finale dans la foulée sur le Poker Players Championship à 50 000 $, un deuxième bracelet sur le 10 000 $ PLO8 puis quatre top 10 dans la dernière ligne droite. L’Américain a roulé sur le festival pour s’adjuger ce titre de « Player of The Year ». Et tel qu’on connaît Phil, il ne se satisfera absolument pas de cette nouvelle deuxième place.

Alex Réard, le champion récompensé

reard
Pierre Calamusa, encore 4e d’un Super Bounty pour 65 briques, et Jérémy Malod nous avaient offert les premières palpitations. Alexandre Réard lui, nous donne le premier orgasme. Après trois semaines de festival, l’ambassadeur Unibet remporte le premier bracelet tricolore, sur un magnifique 5 000 $ 8-max. Le taulier français a bataillé pendant trois jours, abattu un field de 421 concurrents et géré sa finale d’une main de maître pour remporter son premier titre WSOP et 428 694 $. Respecté pour ses nombreux exploits passés, mais aussi pour sa personnalité appréciée de tous sur le circuit français, Alex s’offre à Vegas le titre le plus marquant et le plus juteux de sa carrière. Une victoire méritée, qui en appellera bien d’autres et qui a ouvert la voie à un remarquable quadruplé tricolore.

Adam et Amokrane, from random to legend

jean luc adam
Le sacre du pro a donné des idées aux amateurs. Venu à Vegas grâce au cadeau d’anniversaire de son fils, qui lui offrait un billet d’avion et un ticket pour le 1 000 $ Super Seniors, Jean-Luc Adam vit un rêve éveillé pendant quatre jours et s’impose devant 1 893 joueurs. Le vétéran français, ancien gardien des Chamois Niortais, se fait un nom en validant le deuxième bracelet bleu, pour un gain de 255 623 $. En pleine confiance, Jean-Luc prolonge le kiff en s’alignant pour la première fois sur le Main Event, atteignant même le Day 5, pour ajouter un autre beau billet à son butin. 

Mourad Amokrane
Un nouvel éclair français s’abat sur l’Amazon Room une semaine plus tard. Arrivé en solo à Vegas, Mourad Amokrane joue le feu sur le PLO 8-handed à 1 500 $ et arrive sur l’ultime table avec un stack écrasant. La finale ne sera qu’une formalité, l’amateur décroche un titre inouï, 132 844 $ et le troisième bracelet bleu de ces WSOP !

Koray Aldemir, le talent a parlé

koray_winner
Les belles histoires à la Chris Moneymaker, les illustres inconnus qui percent le plus beau tournoi du monde pour prendre la couronne et les millions, ça ne sera pas pour cette année. En 2021, le destin a choisi de récompenser l’expérience, la technique et le talent de Koray Aldemir. Le champion allemand, déjà auteur de moult performances sur le circuit High Stakes, ajoute à sa collection le plus prestigieux des trophées pokeristiques, et une perf monstrueuse de 8 millions de dollars. Et sa victoire ne souffre d’aucune contestation.

koray aldemir
Koray a parfaitement négocié son tournoi, du premier jusqu’aux derniers jours, où il entamait la table finale dans la peau de chipleader. Sachant mettre la pression mais aussi faire preuve de patience, il a attrapé au meilleur des moments Papo MC, le rappeur argentin, pour presque s’assurer sa place en heads-up. Dans le duel final, Aldemir a vu l’étonnant George Holmes revenir sur lui, allant même jusqu’à s’emparer du chiplead. L’amateur d’Atlanta, l’organisateur de home-games qui ne joue que le Main Event en tournoi officiel, a fait vibrer l’Amérique tout le long de cette finale. Tenant la dragée haute au pro Allemand, George Holmes s’incline finalement face au talent de Koray Aldemir, auteur d’un bon call, qui le fait entrer au panthéon du poker allemand.

Chevre.Miel, petit grinder devenu grand

Chevre.Miel
Il nous a fait vibrer pendant neuf jours. Nicolas Vayssières, aka Chevre.Miel, a sans conteste été la révélation française de ce Main Event. Qualifié KING5 avec la clique Antoine Goutard, Rosalie Petit, Cédric « IllicoBusto » et Cap Haddock, l’amateur de pizza sucrée-salée a montré à ses adversaires, aux couvreurs et aux caméras de Poker Go le grinder redoutable qu’il était. On connaissait déjà sa technique aiguisée, on a découvert un joueur de live téméraire, capable de s’adapter à tous les profils et de mettre dans des spots terribles certains des plus grands noms du jeu. Son parcours magnifique s’arrête finalement à la 17e place. À neuf places d’une finale de Main Event, c’est forcément frustrant mais un grand bravo à ce joueur, qui, en plus d’être tranchant à la table, est une véritable crème en dehors. Transformer un freeroll en 305 000 $, c’est déjà pas mal. Pour les trophées, ce n’est qu’une question de temps. 

ChevreMiel
On n’oublie pas non plus le champion EPT Nicolas Dumont, la hardiesse de Julian Milliard, la solidité d’Arnaud Mattern, la technique de Clément Van Driessche, l’imprévisible Johan Martinet, le représentant PMU Pierre De Almeida et l’ex-team pro Ivan Deyra, qu’on a pris beaucoup de plaisir à suivre durant ces dix jours de Main Event.

L'ultime razzia du Team Wina

Avant la dernière semaine, la fête était déjà belle. Mais ceux qui ont quitté Vegas juste après le Main Event ont loupé un bouquet final époustouflant. Et c’est le Team W qui a tiré les dernières fusées !

romain lewis winner
Le premier à faire éclater le W rouge dans le ciel de Sin City répond au nom de Romain Lewis. À 26 ans, le jeune prodige met la main sur le bracelet qui lui avait échappé de peu en 2018, où il s’était contenté de deux podiums à 300 briques. Cette fois, c’est sur un tournoi un peu plus expéditif que le Français a produit la magie : un 10 000 $ Super Turbo Bounty. Maitrisant à merveille son jeu short stack, Romain Lewis a renversé la vapeur en finale pour écarter Stephen Chidwick avant de retourner Aditya Agarwal. Face à un rail de folie mené par le trublion Mustapha Kanit ("Pression constante, pression constante !"), Romain Lewis remporte le plus beau trophée et le plus gros gain de sa carrière, 463 885 $.

adrian mateos alex
Dans des sphères un peu plus vertigineuse encore, Adrián Mateos a montré une fois de plus sa capacité à dompter les meilleurs joueurs du monde sur le Super High Roller à 250 000 $. Appuyant sur l’accélérateur en milieu de Day 2, l’Espagnol a mis une pression maximum sur ses concurrents de renom, pour prendre les rênes du plus cher des tournois du festival. Malgré un flip crucial perdu face à son ultime adversaire, le jeune Anglais Ben Heath, le Madrilène a dominé la finale avec la détermination qu’on lui connait, pour valider son premier titre sur le plateau Super High Roller et la plus grosse perf’ de sa carrière. Empochant son quatrième bracelet et un gain de 3 265 362 $, Adrian montre une nouvelle fois qu’il est l'un des meilleurs joueurs de poker sur cette planète. La maquina a encore frappé.

leo margets
L’hymne espagnol qui retentit au Rio ? C’est récurrent avec Adrián Mateos. Mais deux fois en deux jours, c’est juste historique. Juste après la victoire de Mateos sur le Super High Roller, sa compatriote et collègue du Team Leo Margets enlève le Closer à 1 500 $ ! Une perf à 376 briques, la plus juteuse de la carrière de Leo, le premier bracelet féminin du festival sur un évènement ouvert et le troisième du Team Winamax en une semaine. N'en jetez plus !

Leo Margets
Cet exploit est à l’image de l’équipe menée par Stéphane Matheu : irréel. « C’est l’année de tous les records », commente le coach en nous déroulant des chiffres à donner le vertige : 68 ITM sur les WSOP (soit 19 % de places payées sur 353 tournois joués) dont 12 tables finales signées par six membres différents de l'équipe. Avec, au bout du compte, un record de victoires au cours de la même campagne WSOP. Le meilleur Team du monde, vous dites ? - Fausto

Equipe
Fatigués mais heureux : les reporters Winamax sur les WSOP 2021. De gauche à droite : Clément le CM, Veunstyle, Benjo, Alex de Winamax.es, notre inestimable photographe Caroline Darcourt, et Fausto le rookie. À bientôt !

pierre calamusa
Pierre, il faut partir maintenant

Event #88 : 8-Handed NLHE 5 000 $

- 24 novembre 2021 - Par Rootsah

Kolev
Boris Kolev (Bulgarie) 511 184 $

Il faisait partie de ces noms qu'on voyait souvent pointer dans les fiches de résultats depuis le début de ces WSOP (6 places payées dont une table finale), un peu comme depuis le début de sa carrière, dont le point culminant était une seconde place au WPT Barcelone 2019. Le mec toujours placé, mais quasiment jamais gagnant. C'est maintenant de l'histoire ancienne : Boris Kolev remporte ainsi le tout dernier tournoi des WSOP 2021, ajoutant à son palmarès une première grande victoire sur le circuit (en 104 places payées) pour un peu plus d'un demi-million de dollars, et franchissant la barre des deux millions de dollars de gains cumulés. Pour cela, il lui a fallu dominer un field relevé et battre en heads-up l'ultra-régulier Uri Reichenstein (runner-up pour 315 936 $), qui disputait sa troisième finale sur ces WSOP et perd sur un gros bluff manqué. Mais visiblement, le Bulgare avait tout prévu, prédisant son titre dès la veille du tournoi : "Je me sentais bien, alors j'ai commencé à dire aux gens que j'allais gagner le dernier tournoi des Series. C'est fou, car je le savais mais je ne pouvais pas le prouver avant le tournoi." Le poker, c'est aussi une question de feeling...

531 inscriptions (re-entries inclus)

4 Français ITM
15e : Alexandre Reard 20 087 $
33e : Sonny Franco 12 510 $
52e : Arnaud Enselme 10 076 $
55e : Romain Lewis 10 076 $

Et aussi :
19e : João Vieira (Portugal) 16 825 $

43e : Leo Margets (Espagne) 11 113 $

Photo : WSOP.com

Event #87 : High Roller NLHE 100 000 $

- 24 novembre 2021 - Par Rootsah

Addamo
Michael Addamo (Australie) 1 958 569 $

Franchement, quand on a vu Michael Addamo fort d'un énorme chiplead pour le final five de ce Super High Roller, on pouvait déjà imaginer l'issue du tournoi... Pourquoi ? Parce que l'Australien marche sur l'eau en cette fin d'année, enfilant les plus gros tournois de la planète comme des perles depuis la mi-septembre (vraiment, allez faire un tour sur sa fiche Hendon Mob, ça vaut le détour) : avant cette victoire, il s'était imposé à quatre reprises à l'Aria en à peine plus de deux mois, sans oublier un bracelet WSOP gagné sur le 50K High Roller des Series, déjà pour plus d'un million de dollars de gains ! Alors avec quatre fois plus de jetons que son plus proche adversaire pour le dernier acte de cet event #87, Michael connaissait le chemin : malgré la révolte de Sam Soverel, qui lui a piqué le chiplead à deux reprises (avant de terminer 3e pour 830 992 $) et malgré un adversaire spécialiste du heads-up pour le duel final (Kevin Rabichow, runner-up pour 1 210 487 $), l'Aussie a su aller au bout. Il s'adjuge ainsi son 4e bracelet WSOP en carrière et encaisse près de 2 millions de dollars, portant ses gains en tournois live cette année à plus de 9,5 millions de dollars. "Je joue sans arrêt depuis trois mois et demi, donc c'est le moment de prendre une pause", a t-il concédé après son titre. Le champion peut partir sereinement se reposer : l'homme fort de 2021 sur le circuit High Roller, c'est bien Michael Addamo.

64 inscriptions (re-entries inclus)
Pas de Français ITM
Photo : WSOP.com

Mini WSOP : Kan-Tchan met la touche finale

- 24 novembre 2021 - Par Rootsah

Bandeau Mini WSOP

Quoi de mieux pour finir en beauté ces Mini WSOP que la conclusion de l'un des plus beaux tournois du festival, le Highroller à 1 000 € de buy-in ? Joué sur trois jours, cet event qui a débuté dimanche a enregistré 177 inscriptions, offrant 23 places payées pour un minimum de 1 583 €, ce dont ont notamment profité J. Alaphilip (17e) ou WhenLamboXD (13e).

Ils n'ont cependant pas atteint une finale relevée à neuf joueurs, où Ur_PiggyBank s'avance en position de chipleader et qui s'annonce passionnante avec un shortstack compté à 19 big blinds effectives. Le top reg Grand Squale prend rapidement les commandes (main #14), se chargeant ensuite d'éliminer Rumukulus (main #34), premier sortant de cette TF. L'écrémage continue peu après avec les adieux de Muntjesvader sur un stop&go perdant (8e, main #40), puis ceux d'un Ur_PiggyBank qui aura vécu l'enfer dans cette finale pour échouer à une inattendue 7e place, sur une main #41 dont profite un certain Kan-Tchan, qui se positionne alors parmi les gros tapis et passe en tête après la main #68. Commence alors une phase de 6-handed qui va durer pas moins de 65 mains (que voulez-vous, les joueurs de Winamax aiment le format...), au bout de laquelle still got it finit par ne plus avoir de jetons (6e) suite à la main #116. Kan-Tchan va ensuite perdre pas mal de coups pour redescendre en dessous des 30 blindes, avant de se refaire une santé suite à une river parfaitement jouée contre Grand Squale sur la main #134.

Le duel va d'ailleurs être fatal à ce dernier six coups plus tard, après un semi-bluff osé et finalement perdant (5e pour 10 891 €). La phase de 4-handed s'éternise également, la faute à un 0Myaccount0 accrocheur malgré un stack réduit à peau de chagrin, mais qui va finalement rendre les armes au pied du podium (4e pour 15 247 €) suite à une cruelle river contre Kan-Tchan, alors qu'il avait trouvé le spot idéal pour revenir définitivement dans la partie (main #180). Le chipleader continue alors son entreprise de démolition, renvoyant outre-quiévrain Sebdeliege (3e pour 21 346 €, main #193) avant de prendre la mesure de OnlineInLive en une petite dizaine de mains de heads-up. Ce dernier repart avec 29 885 €, alors qu'il ne jouait que son troisième tournoi sur Winamax ! One time d'une vie ou changement de pseudo ? Kan-Tchan ne s'est pas posé la question, bien content d'encaisser 41 840 € après avoir terminé à deux places de l'argent sur le Super Highroller à 2 500 €. Il s'agit du gain le plus élevé distribué sur l'ensemble de ces Mini WSOP, et le plus gros score du vainqueur sur notre site après notamment des titres WSeries et Highroller en 2020. Pour lui aussi, le festival se termine en apothéose...



Il ne devait y avoir qu'un seul tournoi au programme du dernier jour des Mini WSOP, la conclusion du Highroller : mais une erreur de programmation de l'Event #88, un tournoi de No Limit Hold'em à 50 € initialement prévu lundi, nous a poussé à le reporter à ce mardi soir. Ce n'est pas Pr.Flitwick qui s'en plaindra, lui qui signe sa meilleure perf sur notre site avec le gain de 7 049 € récompensant sa victoire, après des titres dans l'After Work et le Gladiator ainsi que des secondes places sur le Battle Royale et le Prime Time cette année. En finale, il a d'abord attendu son heure avec son gros tapis avant de passer la seconde à cinq joueurs restants, puis de gagner un coup clé contre le dangereux reg MNiculae07 (main #64 dans le replay) et de dérouler ensuite tranquillement jusqu'au titre.

Event Dotation Vainqueur
#87 - NLHE - HIGHROLLER 1 000 €
REPLAY
168 150 € Kan-Tchan - 41 840 €
#88 - NLHE 50 €
REPLAY
35 460 € Pr.Flitwick - 7 049 €

Les WSOP viennent de fermer boutique à Las Vegas : c'est donc l'heure pour nos Mini WSOP de tirer aussi le rideau, après près de deux mois de tournois sans interruption. Au final, notre Championnat du Monde à l'échelle 1/100e aura distribué pas moins de 2 688 862 € en 85 tournois joués (trois autres n'ont pu démarrer faute de joueurs), bien mieux que les 2 millions d'euros initialement garantis. Certains en ont profité pour s'offrir de beaux titres (détaillés dans le tableau des résultats ci-dessous), tandis que les amateurs de variantes ont pu s'en donner à cœur joie... Bref, on espère vous avoir apporté un petit bout de l'univers des World Series aux tables de ces Mini WSOP ! Et si une foutue pandémie ne vient pas encore tout chambouler, on remet ça dès mai 2022, en parallèle de la prochaine édition des World Series. Bonne fin d'année à tous, et ne manquez pas nos multiples offres pour le Black Friday cette semaine, avec notamment notre Main Event soldé.

Mini WSOP : tous les résultats en un clin d'œil

Pas le temps pour les regrets

- 24 novembre 2021 - Par Fausto

Alex Réard et Joao Vieira bouclent le festival avec un ultime ITM
Event#88 : NLHE 8-handed 5 000 $
Niveau 26 : Blindes 30 000 - 60 000

Alex Réard

"Les erreurs n’appartiennent qu’à nous même, nés pour gagner leur part de bracelets…" Tel Booba et Ali du Lunatic, Alex Réard et Joao Vieira nous ont proposé un dernier couplet impeccable, mais au moment de leur sortie, les deux champions n’éprouvent aucune amertume.

« C’est bien de terminer ce séjour sur une bonne note. Pas de regrets au moment de partir, résume le Team Pro Unibet, juste après son busto en 15e position. J’ai bien joué sur ce tournoi et je suis content de mon jeu sur l’ensemble du festival. C’est bien d’avoir su garder un bon niveau jusqu’au bout », poursuit le Francilien, toujours aussi à cheval sur ses performances. Avec un stack intéressant, a 32 left d’un bracelet, Alex Réard s’est défendu du mieux qu’il pouvait, mais les cartes ont été rudes avec lui sur ce Day 2.

Alex Réard

A peine assis à table, le Tricolore perd un gros flip avec deux dames contre AK. Tombé à 6BB, Alex remonte la pente en volant les blindes à plusieurs reprises. Et sur cette structure turbo, cela suffit à le faire revenir dans la partie. Avec 12 blindes en BB, il fait face à un open bouton et un shove de la SB puis découvre AQ. Re-shove annoncé, payé par le bouton, qui tient la même main que lui. AJ chez le shortstack, qui trouve son J sur le flop et Alex se retrouve de nouveau crippled.

Avec 3 blindes, il retrouve de l’espoir en triplant dès son arrivée en demi-finale, en touchant une couleur avec K8 face à KK et 99 sur un board J6764. La flamme est ravivée… Mais s’éteint aussitôt. Sur la main suivante, en batailles de blindes il envoie ses 600 000 jetons avec K8, mais s’empale sur le 1010 de Danny Wong.

Alex Réard

Son parcours s’arrête à quelques encablures de la finale pour un dernier ITM à 20 patates. « La bonne nouvelle, c’est que je pourrais prendre mon avion » positive Alex, qui n’en a pas fini avec le poker cette année. « Je vais prendre quelques jours de repos une fois rentré en France mais le programme de fin d’année est plutôt chargé. J’ai rendez-vous avec le CP Radio et d’autres médias, donc je jouerai sûrement le tournoi au Club Montmartre et puis il y aura Prague dans la foulée » annonce le joueur, évidemment sollicité après son bracelet sur le 5 000 $ 8-max.

Comme à son habitude, Alex Réard aura magnifiquement représenté le poker français tout le long du festival. Il a fait jubiler le rail tricolore, fait rêver des milliers de passionés qui le suivaient depuis l'Hexagone et enlevé l'une des victoires les plus marquantes de sa carrière. On a déjà hâte de le voir performer de nouveau sur le circuit international. GG Alex !

Partie remise pour Naza

Joao Vieira aura aussi tout donné jusqu’à la dernière main de ces WSOP. Evidemment, il espérait mieux que des ITMs et des 8e place en table finale, mais le Team Pro Winamax n’a pas à rougir de son festival. « Je me suis battu jusqu’au bout. Je ne pense pas avoir eu un très bon run sur ces deux mois, mais malgré ça, je fais 15 ITMs et 4 tables finales » rappelle le Portugais. 

Joao

Sa dernière main des WSOP illustre bien la frustration que peut ressentir le joueur. Naza avait attrapé Shaun Deeb dans ses filets, dans une bataille de blindes où le Portugais a isolé avec AJ puis payé le tapis 20 blindes de l’Américain qui tenait A7. Un cruel 7 sur la river mettra fin au Vegas de Naza, qui repart avec un nouvel ITM, pour 16 826 $.

Joao Vieira

Connaissant la mentalité du garçon, on sait qu’il ne se contentera pas de ce bilan pourtant positif. Naza avait bien sûr en tête son deuxième bracelet, mais ce n’est qu’une question de temps avant que le Portugais ne fasse reparler de lui avec une victoire majeure sur le circuit.

Son mental de fer ne sera aucunement altéré, Joao reviendra avec encore plus de motivation au moment de revenir aux tables. Mais pour l’heure, place au repos, au chill, et aux balades dans le Nevada avec sa compagne. Até breve Naza !

Demi finale