Winamax

[Blog] Vegas : côté pile, côté face

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Créa And1ero
Aujourd'hui, je vais vous parler de ma première expérience à Las Vegas. Tous les blogs que j'ai écrits jusqu'à présent abordent un thème nouveau, mais je suppose qu'il est difficile d'éviter de se répéter en parlant de Sin City. Je vais toutefois essayer de vous raconter mon propre vécu avec un œil neuf.

Une chose est sûre, j'ai profité de ce premier voyage à Vegas avec un maximum d'enthousiasme, désireux de tout donner pour ces Championnats du Monde en jouant les meilleurs tournois de la planète, avec en point d'orgue le Main Event des WSOP. À l'heure de faire mon bilan poker, tout ne s'est pas passé aussi bien que je l'aurais souhaité : j'ai joué une douzaine de tournois et je n'ai atteint l'argent sur aucun d'entre eux. C'est dommage, même si on connait la variance inhérente aux tournois live.

Il était aussi difficile pour moi de m'adapter au profil du joueur récréatif américain, qui n'a que peu, voire rien à voir avec le profil du récréatif européen moyen. Les Européens, on les voit faire des erreurs, mais la peur de perdre les jetons et d'être éliminé du tournoi est palpable. Les Américains sont moins prudents : cela ne les dérange pas trop de bluffer ou de payer des mises pourtant trop chères. Il faut donc bien s'adapter au profil de chaque adversaire, à chaque main. Ces conclusions sont finalement basées sur ma perception des choses et mon expérience, mais on le sait, chaque opposant est différent et ce ne sont rien de plus que des généralités.

Dr Poker et Mr Vegas

Romero Blog 2
Pour en revenir à mon expérience de la ville en elle-même, il y a clairement deux façons de voir les choses. La première concerne tout ce qui touche au poker : c'est un rêve. Tous les tournois sont énormes, les prizepools très juteux et les... Lire la suite

De retour sur les lieux du crime

Par dans Tournois Live il y a plus de 9 ans.

C’est l’été, l'édition 2014 des World Series Of Poker est derrière nous, et il est temps de  dresser un bilan de mon parcours dans ces championnats du monde. Pour rappel, c'était seulement ma deuxième participation aux WSOP après l'an passé (où j’avais joué trois tournois dont le Main Event qui m'avait plutôt souri). Pour moi, « spécialiste » de cash-game en ligne, qui ne s’est consacré pleinement aux tournois live que depuis un an, j'attendais cette échéance avec impatience, pour pouvoir essayer de réaliser de nouvelles belles performances sur des tournois à priori moins relevés que sur le circuit européen mais tout aussi prestigieux.

J’avais cette année opté pour un programme assez « allégé » afin d’être frais et motivé sur chacune des épreuves que j'allais disputer et éviter de « burn-out ». Je n'ai ainsi joué que dix tournois au total, dont les prix d’entrée étaient supérieurs ou égaux à 3 000 dollars. C’est aussi car j'ai été assez loin dans pas mal de ces tournois que je n'ai pas eu l'opportunité d'aller jouer des épreuves à 1 000 ou 1 500 dollars où le niveau est bien évidemment plus faible, mais où la chance joue un rôle important à cause du nombre important de joueurs et des structures relativement rapides.

Je suis rentré deux fois dans l’argent durant ces championnats du monde. Sur un tournoi Shootout à 3 000 dollars tout d'abord. J’ai gagné mon premier Sit&Go au format Fullring après un heads-up qui a duré près de sept heures ! Le deuxième jour, nous avons disputé des Sit&Go à quatre joueurs par table. La mienne était assez relevée avec trois pros américains. Mais le Short-Handed, c'est mon domaine de prédilection, et j’étais certain de pouvoir les écraser. C'est d'ailleurs ce qui s’est passé : j’ai... Lire la suite