[Blog] Une année (pas si) blanche ?

Par dans Général il y a 12 jours.

FBK-Blog-Léo

Alors que la fin d’année approche et que le Père Noël emballe ses premiers cadeaux, il est déjà l’heure de faire un premier bilan, neuf mois après mon arrivée dans la plus grande équipe mondiale de poker : le Team Winamax.

Alors oui, certains vont sourire : quel bilan puis-je tirer alors que je n’ai pas disputé un seul tournoi live ? Ce scénario n’avait que très peu de chances de se produire, mais c’est un fait : mon homologue espagnol Borja Gross et moi ne toucherons pas de cartes en 2020 sous la bannière de Winamax.

Et si c’était un mal pour un bien ?

Mesurez mes propos : je ne peux évidemment pas être satisfait de la situation dans laquelle se trouve notre monde. J’ai d’ailleurs une pensée pour tous les autres secteurs professionnels touchés par cette pandémie. Mais force est de constater qu’en tant que joueur de poker, nous sommes plutôt bien lotis : entre le mini-boom du poker online pendant le confinement, et la possibilité de jouer de chez nous, tout cela fait que notre vie professionnelle n’a été que très peu impactée. Quoi qu’il advienne, il serait malhonnête pour moi de pleurer sur mon sort.

Alors oui, je me réjouissais d’avance de porter les couleurs de ma nouvelle équipe, et le plus vite possible s’il vous plaît ! Quelle sensation indescriptible cela doit être de représenter un Team aussi prestigieux que celui de Winamax, moi qui ai pu par le passé connaître ce genre d'émotions en représentant lors de mes déplacements live l’équipe du site sur lequel j’exerçais avant de gagner la Top Shark Academy.

Le plan était bien rodé

Léo-WinaParadoxalement, les occasions étaient nombreuses pour débuter mon aventure sous mes nouvelles couleurs. Pour commencer, fin janvier, mon ami François... Lire la suite

[Blog] Mes meilleurs moments de poker

Par dans Général il y a 19 jours.

CréaBlogGaelle
Vous ne croyiez tout de même pas que j'allais vous laisser mariner avec les pires moments de ma carrière ? Car tout de même, il y a fort heureusement un paquet de très bons moments que je peux vous narrer ! J'en ai sélectionné cinq mais la liste aurait pu s'allonger à dix, vingt, trente... Et ce n'est pas parce que le poker live est à l'arrêt en ce moment que je ne compte pas agrandir la liste à l'avenir.

5/ Ma première place payée au sein du Team Winamax

Tout est allé très vite à mes débuts au sein du Team W. Après ma soirée d'intronisation et un premier European Poker Tour disputé à Deauville en 2012, c'est à Monaco que je me rends pour jouer l'un des tournois les plus prestigieux du circuit, la finale EPT à Monte-Carlo. 10 600 € le droit d'entrée et un mincash à 15 000 €, c'est une sacrée somme !

Alors que je découvre la somptueuse Salle des Étoiles, je sens un peu de nervosité monter en moi à l'idée de prendre part à ce tournoi réputé. Je parviens à passer les deux premiers jours, mais le début de mon Day 3 ne se déroule pas comme je l'aurais souhaité, et je me retrouve rapidement short stack à l'approche de la bulle. À cet instant, une pensée me traverse l'esprit : atteindre l'argent pourrait bien être l'ITM le plus important de ma carrière ! Car en ne faisant aucun résultat durant toute mon année de sponsoring, je m'imaginais ne pas être reconduite l'année suivante. Je me mets donc en tête que ce cash m'éviterait au moins de faire une année blanche, un objectif que je ne me fixerais plus maintenant mais qui était lié à la pression inhérente à l'intégration dans une équipe aussi prestigieuse.

GaelleMonaco
Les éliminations sont lentes mais avec mes quinze blindes à l'approche de la bulle, j'ai vraiment bon espoir... Lire la suite

[Blog] Lire pour le meilleur

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

Blog Adrien Delmas

Bien le bonjour à tous ! Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas écrit de billet de blog et c’est avec un grand plaisir que je m’attaque aujourd’hui à un thème assez particulier pour moi : la lecture. Plus spécifiquement, je vais aborder mon rapport assez compliqué avec le sujet.

Cela en surprendra sûrement quelques-uns, mais j’ai toujours eu beaucoup de mal à lire. La preuve en est qu’entre ma naissance et mes 24 ans, j’ai dû lire tout au plus cinq ou six bouquins, dont deux Poker Harrington, un Le mental au poker (disponible ainsi que sa suite dans notre Boutique VIP) et le livre de mon coach mental (ainsi qu’à d’autres membres du Team Winamax) Pier Gauthier. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui me manquait et chez mes parents doivent encore trôner une bonne vingtaine de livres que j’ai achetés... mais jamais lus. Bien sûr, pour avoir entendu des histoires semblables des dizaines des fois, je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas.

Le spleen du livre

Pourquoi étais-je à ce point contrarié par la lecture ? Au-delà du divertissement plus facile et plus fun des consoles, sur lesquelles j’ai passé moult heures, l’explication est je pense assez simple : cela m’ennuyait. Je trouvais ça lent, avec une dizaine d’heures (parfois plus !) pour finir un livre sachant qu'en plus il n’y avait pas d’images ! Pire, lire m’endormait et j’avais du mal à rester concentrer pendant ne serait-ce que vingt minutes. Je m’étais donc naturellement tourné vers les BD et les mangas, plus visuels et rapides à lire.

C’est vers mes 19-20 ans que j’ai commencé à ressentir un réel problème avec ça. Pas tant dans la lecture à proprement parler mais la frustration de vouloir lire des livres et de ne pas y arriver en... Lire la suite

[Blog] Ma liberté d'expressions

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

BlogDavidi

Ceux qui me connaissent savent que j’ai toujours kiffé les petites expressions. Je les ai rarement inventées, mais naturellement quand j’entends une expression qui me fait marrer, je la pique à son auteur, parfois sans même m’en rendre compte.

Dans ma jeunesse avec mes amis belges, nous avions tendance à communiquer énormément par le biais de petites phrases cultes ou autres punchlines. Alors quand je voyais d’autres personnes en dehors de mon cercle d’amis, on me prenait parfois pour un fou : les gens ne comprenaient pas trop ce que je racontais... Dans le milieu du poker, beaucoup ont en revanche adopté ces expressions, et aujourd’hui j'observe de nombreux fans les réutiliser, pour mon plus grand plaisir. 

Pour ce blog, j’ai donc décidé de faire une liste de mes expressions favorites. D'ailleurs, j'organise un sondage sur les réseaux sociaux de Winamax (Twitter, Facebook, Instagram) pour connaître les plus populaires ! Cela m’aidera à créer un « stream deck », que j’utiliserai lors de mes sessions de streaming. Je pense aussi à lancer une collection de hoodies avec vos expressions préférées...

Allez Salut ! 

À la base, on se disait « au revoir » comme ça avec mes potes. 

C’est tellement approprié de l’utiliser dans mon métier. Le but principal en poker de tournoi est de rester le dernier survivant en lice, donc cela passe par beaucoup d’éliminations. Et quoi de plus élégant qu’un « Allez salut ! » quand on bust un joueur ? Vous avez dû m’entendre le dire souvent, que ce soit lors des épisodes de Dans la Tête d’un Pro ou lors de mes sessions sur le Winamax Stream Gang.

Prononciation : il faut insister sur le « u » (Allez Saluuuuuuut !).

Utilisation au poker : une expression parfaite quand... Lire la suite

[Blog] En quête de sens

Par dans GénéralLife Style il y a 2 mois.

Leo Margets - En quête de sens
"Celui qui possède un ‘pourquoi’ qui le fait vivre peut supporter presque tous les ‘comment’." - Friedrich Nietzsche (1844-1900)

Je mentirais si je disais me réveiller tous les matins pleine de motivation. Mais certains jours, oui. Et ceux-là sont la raison pour laquelle je sors de mon lit, avec des objectifs clairs en tête. Il n’y a pas de grain de sable qui puisse me freiner, je déborde même d’envies folles de bosser, grinder, m’entraîner. Dès mon petit-déjeuner, je pense à la session à venir. Ces jours-là je ne sais pas pourquoi, mais je trouve aussi le temps de méditer et même de lire un peu.

Et puis il y a ces autres jours, plus nombreux, où c’est tout l’inverse qui se produit : je procrastine en faisant défiler les réseaux sociaux, je me disperse dès que j’essaie de travailler, me mettre à jouer paraît me demander un effort surhumain et l’idée même de faire du sport me donne envie de ne rien faire alors que pourtant j’adore ça !

Jusqu'il y a quelques années je pensais que l’antidote à ces journées de flemme que nous rencontrons tous était de me demander pourquoi je fais les choses que je fais. Pourquoi j’étudie presque tous les jours ? Pourquoi est-ce que je dédie un certain nombre d’heures à jouer ? Pourquoi est-ce que je m’efforce à méditer tous les matins ? Répondre à cette question implique de voyager dans le passé à la recherche ce qui m’a poussé à faire ça. En réalité, je suis en quête de justifications. Est-il possible que je me trompe de question ?

Une fois par an, j’essaie de relire Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie (Man’s Searching for Meaning en V.O.) du professeur de neurologie Viktor Frankl. Je ne vais pas le spoiler ici mais je vous le recommande fortement. Il a beau être court, il fait... Lire la suite

[Blog] Paré pour le décollage ?

Par dans GénéralTournois LiveTournois Online il y a 2 mois.

Kanit-BlogFR
Salut à tous !

J’espère que vous prenez soin de vous en cette période pour le moins bizarre. Malheureusement, la vie a changé pour beaucoup de personnes, mais j’espère de tout mon cœur que vous vous portez tous pour le mieux.

J’ai une question très simple à laquelle je voudrai apporter ma réponse : si vous deviez commencer à jouer au poker aujourd’hui, comment débuteriez-vous ?

1) Se spécialiser

Tout d’abord, mon premier conseil serait de choisir entre tournois et cash game, et de trouver une variante à laquelle se dédier entièrement, afin de l’étudier et d’y jouer tous les jours. Selon moi, le poker change selon ses formats. Si je devais partir de zéro, je commencerai avec les Expresso et, une fois que j'aurais compris comment ils fonctionnent, j’utiliserai mon skillset pour essayer de gravir les échelons dans les MTT. En effet, le poker est un jeu très compétitif : pour réussir à le transformer en vrai travail, il est très important de se spécialiser.

Kanit2

Une fois arrivé au sommet de la pyramide d’une spécialité, cela devient beaucoup plus simple de s’adapter aux autres formats ou variantes par la suite. Me concernant, j'ai pris en 2012 la décision de me concentrer sur les tournois. À cette époque, je jouais en cash game autant qu’en MTT mais, étant donné que j’étais plus fort dans les tournois et que je prenais plus de plaisir à y jouer, j'ai décidé de me spécialiser dans le format. Cela fut une bonne décision. (Muss' a notamment accumulé plus de 11 millions de dollars de gains en tournoi live, ndlr)

2) Jouer et étudier, un équilibre à trouver

Mais finalement, quel est le bon équilibre entre le jeu aux tables et le temps consacré à l'étude du jeu ? Chacun est différent et doit trouver sa propre... Lire la suite

[Blog] La mémoire dans la peau

Par dans GénéralLife Style il y a 3 mois.

Adrián Mateos Blog

¡Hola a todos! La dernière fois que je me suis assis devant mon clavier d’ordinateur pour écrire mon article de blog précédent, c’était fin avril, au point culminant de toute cette crise qui commence un petit peu à se calmer. Après avoir été très terre à terre, à essayer d’imaginer un nouvel ordre du poker mondial privé de tournois live, j’ai choisi cette fois de développer un fil conducteur un peu plus abstrait, auquel j’ai beaucoup pensé ces dernières semaines : la mémoire.

Selon Wikipédia (référence de notre temps s’il en est), la mémoire est une fonction du cerveau qui permet à l’organisme d’encoder, de stocker et de récupérer les informations du passé. De façon bien moins scientifique, mon interprétation de la mémoire serait un moyen de ramener dans le présent des sentiments, des sensations ou des souvenirs du passé. En plus, bien sûr, d’être un moyen de conservation dans notre cerveau d’informations concrètes comme l’heure d’un rendez-vous, un numéro de téléphone ou une range de 3-bet grosse blinde contre bouton 15 BB deep.

À la recherche des souvenirs perdus

Vous ne le savez probablement pas (ou si) mais fin juin je suis enfin retourné en Espagne, dans ma ville de natale de San Martín de la Vega (en grande banlieue de Madrid), pour la première fois depuis quatre mois. À ce moment-là, ma mémoire m’a alors ramené énormément de sentiments positifs dont je ne me serais sans doute pas rappelé si nous étions restés coincés dans notre train-train quotidien. Mais avec le confinement, j’ai eu le temps de me souvenir et, disons-le, d’aimer ça.

Adrián Mateos WSOP

Je me suis souvenu de mes succès les plus notables, comme à l’EPT Monte-Carlo, de mon premier bracelet WSOP remporté à Paris ou des deux autres décrochés à Las Vegas.... Lire la suite

[Blog] Passionné avant d'être pro

Par dans GénéralLife Style il y a 3 mois.

Joao Vieira
« Quel est le secret de la régularité ? »

Il y a quelques jours j’étais avec un ami de longue date. Un de mes premiers potes de poker, depuis les tout débuts. Il m’a posé cette question. Spontanément, j'ai répondu : « Il faut chaque jour essayer d’apprendre quelque chose de nouveau. Tous les jours. Les résultats suivront. »

En fait, c’était une réponse assez idiote. Cela fait bien dix ans que je ne suis plus un joueur amateur. J’ai quelque peu oublié ce que c’est. J’ai répondu à mon pote avec mon prisme de joueur pro ayant subi un lavage de cerveau sur le mode « la performance avant tout ». J’ai répété ce que Steph m’avait dit à propos de Nadal. Mais non, ce n’était pas ça qu’il fallait répondre. La question est restée en suspens.

Du coup, j’ai tenté de me rappeler du bon vieux temps. J’ai loupé la date butoir pour envoyer le blog, mais c’était pour la bonne cause. Je me suis transporté en 2008. A ce moment j'avais 19 ans. C’est à ce moment-là que j’ai trouvé le poker.

Il ne faut pas croire qu’un pro commence à gagner dès sa première partie. Personne ne commence sa carrière en sachant déjà tout. En revanche, il est certain que chacun d’entre eux a commencé par être passionné.

Phil IveyMes premières parties de poker. Ah, l’excitation de réussir un bluff à trois blindes. L’adrénaline qui monte sur chaque coup à tapis avant le flop. Le nombre d’heures incalculables passées dans le rail des cash-games high-stakes de Full Tilt. Si Phil Ivey était connecté, j’ouvrais l’intégralité de ses tables. La passion pour le jeu. La passion pure.

Plus tard, j’ai commencé à fréquenter quelques mecs de mon île qui gagnaient déjà quelques dollars par-ci par-là à ce jeu. Les regarder deep run 3,3 $ à 180 joueurs, c’était comme si... Lire la suite

[Blog] Sur ma planète rap

Par dans GénéralLife Style il y a 3 mois.

FBK-Blog-Ivan-Rap
Au poker il y a eu, il y a, et il y aura des périodes plus compliquées pour un joueur, durant lesquelles les résultats et la chance ne sont pas forcément au rendez-vous. Personnellement, ces phases-là m’ont permis d’apprendre à mieux me connaître : pour cela, il faut juste analyser, observer sans juger (c'est-à-dire sans tenir compte du résultat direct), et améliorer ce qui peut l’être. Et je pense qu’il est important d’avoir des sources d’inspiration pour garder la confiance, la détermination et la rage de vaincre. J’ai toujours eu énormément d’admiration pour les personnes parties de tout en bas pour arriver tout en haut dans un domaine qui les passionnait. Et surtout dans un domaine pas forcément mis en valeur par la société.

Pour les jeunes, je dirais que les personnes les plus influentes sont les sportifs de haut niveau. Ayant taté le cuir une bonne dizaine d’années, je voyais certaines stars du foot comme des dieux vivants. À commencer par maître Zizou, "the strongest of them all" : à l'époque, j’avais sa cassette et je m’entrainais à faire des roulettes dans mon jardin. Ensuite, il y eut le génie de Messi, et le génie qui ressortait de la façon de jouer du FC Barcelone. "La Pulga" (la puce, en français) m’a prouvé qu’on pouvait arriver au stade de meilleur joueur du monde en étant petit, très petit, alors qu'on me faisait croire le contraire dans les clubs que j'ai fréquentés, en me reprochant souvent mon petit gabarit. J’étais "déter"; mais après tu connais : Sombre histoire... Les croisés... À ça du Barça.

Cœur de rappeur

Deyra-musicMais aujourd’hui, je vais vous parler d’une toute autre source d’inspiration : la musique. La puissance qui peut ressortir de la mélodie, de l’instrumental, des lyrics, de la voix. J’ai eu la... Lire la suite

[Blog] Le poker comme boussole

Par dans GénéralLife Style il y a 4 mois.

Blog Borja Facebook

Ces derniers mois, nous avons été obligés de vivre d'une façon très différente par rapport à d'habitude. Nous devons faire face à une période de forte incertitude, économique, professionnelle, politique ou encore sociale. Je la ressens jusque dans ma vie quotidienne : au moment de faire les courses (suis-je censé désinfecter les produits achetés avant utilisation ?), de changer de vêtements en rentrant desdites courses (dois-je les mettre tout de suite à laver ?), etc. Un truc de fou !

Je voulais donc profiter de cette drôle d'époque de changements pour partager ce que le poker m'a appris à titre personnel, afin de, j'espère, vous aider à mieux gérer tout ça. Je suis sûr que bon nombre d'entre vous se reconnaîtront.

Corrélation Vs causalité

En tant que joueur de poker, j'ai pris comme habitude de penser mes problèmes en termes de probabilités (je les résouds un certain pourcentage du temps et n'y parviens pas le pourcentage restant) plutôt qu'en termes analytiques (en cherchant à connaître les valeurs exactes des variables qui affectent le problème). Bien sûr, le résultat peut aussi bien être positif que négatif, quelle que soit la décision choisie, ce qui m'expose constamment à vouloir créer des corrélations entre mes choix et les résultats, ou à relier des événements de manière causale sans considérer l'influence possible d'éléments tiers.

Pour être plus concret, voici quelques exemples simples de corrélations :

"Chaque fois que je mets ce t-shirt, je deep run. C'est donc un tee-shirt gagnant !" Sauf que ce n'est évidemment pas le t-shirt en soi qui te fait gagner. Au mieux peut-on dire qu'il fait partie d'un rituel te plaçant dans un bon état d'esprit. C'est tout.
"Ce joueur a mal joué le dernier... Lire la suite