O RLY

Une des premières vraies terreurs au féminin de la nouvelle génération. Un talent fou de choc et de charme !

Suivez O RLY sur FacebookSuivez O RLY sur TwitterSuivez O RLY sur Instagram

[Blog] Le cerveau, mode d'emploi

Par dans Général il y a 1 mois.

[Blog] Le cerveau, mode d'emploi - Gaëlle Baumann
En quête d'inspiration pour un nouvel article, je me suis remémorée toutes ces petites phrases que l'on entend constamment dans le milieu du poker et qui, personnellement, me hérissent le poil.

"Je n'ai pas fait d'erreur... j'ai juste été malchanceux !"
"Je suis largement meilleur que la moyenne !"
"Si perds tout le temps, c'est parce que c'est truqué !" 


Et j'en passe.

Je vais donc vous parler aujourd'hui de psychologie et de biais cognitifs. Qu'est-ce donc ? Selon Psychomédia, un biais cognitif est une forme de pensée qui dévie de la pensée logique ou rationnelle et qui a tendance à être systématiquement utilisée dans certaines situations. Il existe toutes sortes de biais cognitifs. Si le sujet vous intéresse, jetez un œil ici.

L'un d'entre eux est le biais d'autocomplaisance, qui s'exprime notamment dans un phénomène documenté et très répandu depuis plusieurs décennies appelé le “better than average effect”. Qu'est-ce que le BAE ?

De multiples études réalisées sur différentes populations ont démontré une tendance de la plupart des gens à surestimer leurs capacités et leur intelligence, comparées à celles de leurs pairs. Des études américaines ont par exemple démontré que 93% de la population considère qu'elle conduit mieux que la moyenne, et que 70% des hommes et 60% des femmes pensent avoir une intelligence supérieure à la moyenne. Il est évidemment statistiquement impossible que plus de 50% d'une population ait des dispositions supérieures à la moyenne. Ce qui implique que la majorité des personnes ont une estime positive d'elles-mêmes... mais également irréaliste !

BraquageUne petite anecdote pour illustrer un phénomène étroitement lié au BAE. En 1995, McArthur Wheeler, un homme de 44 ans,... Lire la suite

[Blog] Running Up That Hill

Par dans Tournois Live il y a 4 mois.

Blog Gaelle Créa

Comme chaque année, c'est au rythme des articles du coverage Winamax et des notifications WhatsApp que j'ai suivi la première partie des World Series of Poker 2022. En effet, je faisais partie des derniers arrivants de la troupe W à Las Vegas. La raison ? J'essaie de centraliser un maximum de tournois en un minimum de temps afin de ne pas rester éloignée trop longtemps de ma fille. Plus de trois semaines, c'est déjà énorme ! Certains pensent que je fais exprès de partir tous les ans à cette époque pour éviter de me porter volontaire pour la kermesse de la fête de l'école. Eh bien, si vous imaginez que je n'ai aucune envie d'être préposée à la remise en place du chamboule-tout pendant cinq heures sous 35 degrés... Vous avez totalement raison.

Le problème quand vous partez sur un programme restreint, c'est qu'il faut arriver à 100%. Ce n'était pas vraiment mon cas cette année. J'ai commencé à me poser des questions quand le fond de ma gorge m'a titillé dans l'avion. Puis cela s'est rapidement vérifié sur place. 24 heures après mon arrivée sur Vegas, c'est le drame : alors que j'avais calé ma venue pour débuter par le tournoi Ladies, une épreuve que j'attends toujours avec impatience, je me suis réveillée au milieu d'une grande mare de transpiration dans mon lit. 41° de fièvre, des frissons, une énorme barre au crâne... Si ce n'était pas le COVID, ça y ressemblait fortement. Les deux premiers jours, il m'était même impossible de manger ou de boire quoi que ce soit sans que je pousse des cris dignes d'un phoque en rut.

Retour à la vie

C'est donc après cinq jours (et un test négatif) que j'ai enfin pu mettre le nez dehors et apprécier les 45 degrés de Las Vegas. Enfin, surtout l'air conditionné des casinos Bally's et... Lire la suite

[Blog] À fond la forme

Par dans GénéralLife Style il y a 7 mois.

Blog Gaëlle Baumann

Pour notre plus grand bonheur à tous, avec la levée récente des restrictions liées au Covid, les tournois live ont enfin pu reprendre il y a quelques mois. Il était temps ! Je vous avais laissé sur un bilan mitigé après mon retour de Vegas. Les résultats n'avaient pas été à la hauteur de mes attentes, mais le plaisir de pouvoir tâter les cartes et enchaîner les tournois à nouveau était évidemment bien présent. Cette période creuse m'a au moins permis d'avoir un gros regain de motivation et m'a donné l'envie d'en découdre autour des tables de poker.

Au mois de mars, toute l'équipe s'est envolée pour la République Tchèque. Malheureusement, aucune perf' marquante à mettre à mon actif : j'ai notamment sauté à trois places de la bulle sur le Main Event. Une déception, forcément. J'ai préféré prendre le risque de jouer (au pire) un flip pour me donner les moyens de doubler et de terminer le Day 2 avec un stack très confortable, quitte à être éliminée du tournoi. Dommage : la pièce est tombée du mauvais côté ce coup-ci.

De retour de Prague, c'était direction Biarritz, où tout le monde s'est retrouvé pour le fameux séminaire du Team. Comme chaque année, ce fut une réussite. C'est toujours hyper agréable de se réunir et de se rebooster pour arriver à fond sur les grosses échéances à venir. Entre les séances de sport du matin où on a eu l'occasion de s'affronter au padel, au badminton, à la pelote basque (oui, oui, on parle bien de ce sport où l'on frappe de toutes ses forces une balle dure comme du béton avec une poêle à crêpe) ou encore à la boxe pour des combats d'anthologie, les repas conviviaux passés tous ensemble et les discussions techniques et stratégiques où chacun peut donner son avis... La cohésion au sein de... Lire la suite

[Blog] (3 650) jours ensemble

Par dans Général il y a 10 mois.

Blog Gaëlle Baumann 3 650 jours ensemble
C'était le 31 janvier 2012. Nicolas Sarkozy était Président, le Bitcoin valait 5,49 $, les ados ne se trémoussaient pas encore sur TikTok, on se moquait des Chinois qui portaient des masques dans le métro, les Winamax Series affichaient un garanti total de 1,5 million d'euros pour 26 tournois, avoir un Blackberry suffisait à avoir des allures d'homme d'affaires, Cyril Hanouna officiait sur France 4 sans faire de vagues, envoyer un 5-bet avec 10 et 4 dépareillés était badass, un paquet de clopes coûtait 6,30 € (plus cher qu’un Bitcoin), l'émission Les Marseillais vs le Reste du monde n'était même pas un projet, Twitter était limité à 140 caractères et l'EPT Deauville venait de débuter. Dans une salle jouxtant le casino, j'attendais mon heure vêtue d’un teddy universitaire rouge deux fois trop grand pour moi. À mes côtés, Ludovic Riehl, vainqueur de la toute première Top Shark Academy. Et en face de moi, Patrick Bruel. Qui m'appelle. La petite blondinette que j'étais venait d'être intronisée dans le Team Winamax.

EPT Deauville Janvier 2012
Le(s) fameux teddy(s) rouge(s), EPT Deauville 2012

Et ouais, 10 ans ! Ça fout une petite claque de se dire que ça fait 3 650 jours que je suis dans cette équipe. Presque le tiers de ma vie (bon, ok, on est plus proche du quart...). J'y ai vécu des émotions (très) fortes, que ce soit sur le plan professionnel, avec des vibrations sur (quasiment !) chaque tournoi, mais aussi sur le plan personnel avec de jolies rencontres, l'une d'entre elle menant même à la naissance du petit trésor qu'est ma fille. Je ne serai jamais assez reconnaissante de cette vie que me permet d'avoir Winamax.

Mais je ne suis pas là pour me la jouer nostalgique. Ces dix ans, c’est un simple clin d’œil. Je suis dans une phase où j’ai... Lire la suite

[Blog] C'est quand début novembre ?

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Blog Gaëlle Baumann Facebook

Le 20 septembre dernier, j'ai tapé un sprint jusqu'au garage pour vérifier si j'avais encore une valise en état d'accueillir mes tenues floquées d'un logo W. Car après un an et demi sans toucher de cartes en live, une lueur d'espoir venait de poindre à l'horizon, sous la forme d'une conférence de presse retentissante de la Maison-Blanche, annonçant la réouverture des frontières états-uniennes aux ressortissants européens. Je vous avoue que mon petit cœur s'est emballé quand j'ai vu la date annoncée : début novembre, soit pile poil de quoi aller jouer le Main Event des World Series of Poker, qui se tiendra à Las Vegas entre les 4 et 17 novembre prochains.

Mais voilà : depuis, c'est l'incertitude. Comme bon nombre de Français, je suis dans le flou le plus total. C'est quand exactement, début novembre ? Certains médias, des moins tatillons comme BFMTV jusqu'à la très sérieuse Agence France-Presse, ont repris la nouvelle en indiquant le 1er novembre comme date de réouverture. Problème : aucune information officielle n'a jamais mentionné noir sur blanc cette date. Se basant sur cette simple prédiction, je connais plusieurs joueurs ayant pris leur billet d'avion pour le Nevada sans attendre d'en savoir plus. Sauf qu'en l'absence de décret officiel entérinant la décision, ce « début novembre » reste tout ce qu'on a pour le moment... en plus de quelques modalités : il faudra être en possession du fameux pass sanitaire (pas de précisions sur les vaccins acceptés ou le nombre de doses) et d'un test PCR négatif réalisé moins de 72 heures avant le départ.

J'avoue avoir du mal à comprendre comment une annonce aussi importante puisse être autant bâclée. De mon côté, il n'y a rien d'urgent. Si je souhaite m'en aller, c'est... Lire la suite

[Blog] 17 mois de réflexion

Par dans Général il y a plus d'un an.

Blog Gaëlle Baumann

La dernière fois que j'ai touché des cartes en live, nous étions le 29 février 2020. 29 février... L'add-on de notre calendrier grégorien. Une journée supplémentaire autour des tables sous la forme d'un symbole. À ce moment-là, éliminée du Main Event du WPT Deepstacks de Paris, je prenais la décision de ne pas participer aux plus petits tournois annexes, préférant garder des forces pour le calendrier démentiel à venir : les festivals dans le sud de l'Europe (l'EPT Monte-Carlo notamment), puis le pèlerinage à Las Vegas. Un an et cinq mois plus tard, je vous avoue que je regrette de ne pas avoir joué ce petit 150 € Turbo qui traînait ! Matez plutôt ce qu'il s'est passé durant ces 17 mois sans voir la moindre carte.

10 Expresso à 1 million d'euros sont tombés sur Winamax et deux ont été remportés par le même joueur : Tite-bouille. Moi ? J'attends toujours ma table dorée !
On était tellement mondialement confinés qu'on s'est retrouvé avec un prix du baril de pétrole négatif et des tonneaux à ne plus savoir qu'en faire à travers la planète.
 J'ai fait une émission Winamax TV depuis chez moi durant laquelle j'ai dû manger des piments périmés et où j'ai fini par jeter Harper à l'eau en direct.
 Joe Biden est devenu Président des États-Unis mais les trumpistes se sont dit que ce serait quand même rigolo d'envahir le Pentagone pour chouiner.
 On est très nombreux à avoir rematé une bonne quarantaine d'épisodes de Dans la Tête d'un Pro pour que Netflix ne soit pas seul à squatter la bande passante mondiale.
 J'ai appris que Jean Castex était plus jeune que Brad Pitt.
 L'Argentine a rendu un hommage national pour honorer la mort de Valéry Giscard d'Estaing. Ou était-ce pour celle de Diego Maradona ?

[Blog] Cap sur les Series

Par dans Tournois Online il y a plus d'un an.

Gaëlle Baumann Winamax Series
Pandémie oblige, cela fait plus d'un an que je n'ai pas pu fréquenter la moindre table live. Je pense que c'est la même chose pour vous… à moins que vous ne viviez à l'étranger et que vous ayez pu tenter l’expérience (un poil déconcertante) du poker masqué et emmuré dans le plexiglas. Quoique : j'ai vu qu'en Australie on s'était remis à jouer de manière tout à fait classique, démasqués, à dix par table et sans les mains asséchées après s’être frotté pour la quinzième fois avec du gel hydroalcoolique. Tout ça grâce à une circulation du virus totalement éradiquée. Mais je m'égare déjà alors que je n'en suis qu'au premier paragraphe de ce blog !

Même si le poker est mon métier, je ne me plains pas de mon sort, loin de là. Il y a des professions pour qui les choses sont immensément plus compliquées... Et nous, joueurs de poker, on a surtout la chance d'avoir des tables en ligne qui ne se sont jamais arrêtées de tourner ! Ce qui fait qu'une échéance se retrouve scrutée encore plus qu’en temps normal : les Winamax Series. Qui plus est quand on voit que l'édition d'avril garantit 21 millions d'euros minimum de dotation : un record absolu depuis la première édition du festival en 2011 ! Bon, en même temps, j'ai l'impression qu'on écrit ça tous les quatre mois...

Lorsque le circuit live tourne à fond, les Series sont déjà un moment important de l'année : en ce moment, elles prennent une toute autre dimension. Cela devient clairement une étape aussi importante que peuvent l'être les World Series of Poker en temps ordinaire. J'entends par là que c'est l'échéance la plus importante du calendrier. Il faut donc se préparer en fonction. Je parle en tant que joueur pro, bien sûr. À niveau amateur, pas besoin de bouleverser ses... Lire la suite

[Blog] Moi devant vos tweets de 2020

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Blog Gaëlle Baumann Facebook

Un an de mentions sur Twitter, ça fait un paquet de messages. Surtout lors d'une année où tout le monde est resté coincé à la maison ! Passage en revue de ceux auxquels je n'ai pas eu le loisir de répondre en 140 (bon, 280...) caractères sur Twitter. Bye bye 2020, tu ne nous manqueras pas !

Nous sommes en février, la pandémie est encore loin de l'Europe, l'été à Las Vegas commence à se profiler et les rêves de joueurs amateurs aussi, comme celui de devenir joueur de poker professionnel. Bam, la fameuse question qui tombe au moins une fois par mois sur les réseaux, voire de façon hebdo en message privé ! Pour devenir pro, c'est simple : il faut se définir comme tel. Oui, oui, c'est tout. Bon, après, être un professionnel gagnant, c'est autre chose. Je vous épargne le topo habituel à base de travail, volume de jeu et persévérance. Et pour intégrer le Team, un petit conseil maison : envoyez votre candidature par mail à Stéphane Matheu, il adore ça !

En mars, j'ai aimé ce tweet très technique d'un joueur du KING5.
Étape 1 : poser une question innocente, à savoir connaître le résultat de mon Stade 1.
Étape 2 : une fois la réponse obtenue, caler un énorme brag ! 10/10, c'est bien joué.

Je suis bien d'accord avec vous Sir Bond du Val d'Oise, j'aurais dû écrire des scripts de comédies pétées. D'ailleurs, voici en avant-première quelques ébauches de scénarios pour le Team :Lire la suite

[Blog] Mes meilleurs moments de poker

Par dans Général il y a plus de 2 ans.

CréaBlogGaelle
Vous ne croyiez tout de même pas que j'allais vous laisser mariner avec les pires moments de ma carrière ? Car tout de même, il y a fort heureusement un paquet de très bons moments que je peux vous narrer ! J'en ai sélectionné cinq mais la liste aurait pu s'allonger à dix, vingt, trente... Et ce n'est pas parce que le poker live est à l'arrêt en ce moment que je ne compte pas agrandir la liste à l'avenir.

5/ Ma première place payée au sein du Team Winamax

Tout est allé très vite à mes débuts au sein du Team W. Après ma soirée d'intronisation et un premier European Poker Tour disputé à Deauville en 2012, c'est à Monaco que je me rends pour jouer l'un des tournois les plus prestigieux du circuit, la finale EPT à Monte-Carlo. 10 600 € le droit d'entrée et un mincash à 15 000 €, c'est une sacrée somme !

Alors que je découvre la somptueuse Salle des Étoiles, je sens un peu de nervosité monter en moi à l'idée de prendre part à ce tournoi réputé. Je parviens à passer les deux premiers jours, mais le début de mon Day 3 ne se déroule pas comme je l'aurais souhaité, et je me retrouve rapidement short stack à l'approche de la bulle. À cet instant, une pensée me traverse l'esprit : atteindre l'argent pourrait bien être l'ITM le plus important de ma carrière ! Car en ne faisant aucun résultat durant toute mon année de sponsoring, je m'imaginais ne pas être reconduite l'année suivante. Je me mets donc en tête que ce cash m'éviterait au moins de faire une année blanche, un objectif que je ne me fixerais plus maintenant mais qui était lié à la pression inhérente à l'intégration dans une équipe aussi prestigieuse.

GaelleMonaco
Les éliminations sont lentes mais avec mes quinze blindes à l'approche de la bulle, j'ai vraiment bon espoir... Lire la suite

[Blog] Top 5 : mes pires moments de poker

Par dans Tournois LiveTournois OnlineCash Game Online il y a plus de 2 ans.

Gaëlle Baumann Blog Facebook

En cette étrange période de pénurie de tournois live, sans grand-chose à se mettre sous la dent niveau poker (en dehors des Summer Shots évidemment), je vous propose de vous replonger avec moi dans mes pires et meilleurs souvenirs de poker depuis mes premiers pas en 2006. Histoire de terminer par une note positive, commençons cette semaine par le Flop 5.

5) Les Rois maudits

Dans une carrière de poker, il y a des mains qui vous marquent au fer rouge. C'est l'un des rares jeux ou l'issue d'un seul coup peut changer une vie. Je sais, cette phrase fait très Casino Royale, mais c'est la réalité. C'est d'ailleurs aussi pour ce genre de frisson qu'on aime tellement ce jeu. La main en question, beaucoup d'entre vous la connaissent déjà certainement.

Gaëlle Baumann

Plus tôt cette journée-là.

Nous sommes au Day 5 du Main Event des WSOP 2012. Il ne reste que 30 minutes avant la fin de la journée. J'ouvre une magnifique paire de Rois. Tout en effectuant une relance UTG, je discute avec mon voisin de gauche, le Canadien Timothy Adams. Je ne vois donc pas ce qui se trame de l'autre côté de la table. Après un fold général, la parole arrive à la petite blinde, Andras Koroknai, joueur hongrois qui annonce all-in pour 1,2 million  de jetons, soit un tapis de 40 BB. Je jubile, mais la joie est de courte durée.

Au moment d'annoncer call, je me tourne vers mon adversaire... et vois ses cartes partir dans le muck. Il n'avait pas vu ma relance et pensait être en tête-à-tête contre la grosse blinde qui était short stack. Suite au fold de cette dernière, il pensait simplement avoir gagné le coup. Après la confusion générale autour de la table, le floor finit par prendre la décision de faire payer à Koroknai uniquement le montant de... Lire la suite